EXPLOITER LA PHOTOGRAPHIE JUSQU'À SA DÉCHIRURE

Au deuxième moment de son livre Sur la photographie contemporaine, Marc Tamisier énonce la fin de l’image et de l’objet alors que l’objectivité photographique se rend autonome du référent et de toute relation contiguë au réel. Ainsi remarque-t-il : « (...) l’objet photographique n’a plus rien en commum avec l’objet photographié (…). L’objet photographique naît de sa réalisation au travers des procédures photographiques. De sa réalité per se il ne reste qu’une vague notion d’objet en général, dont les particularités ne sont définies que par les images photographiques qui le présentent. » 1

Partant de cette hypothèse, on se demande quelle image peut bien rester à “la fin de l’image”, à quel point l’image photographique est exploitée dans les pratiques tout en s’affirmant comme expression et comment soutenir un discours sur la photographie dans un moment ou celle-ci se laisse contaminer pour mieux incorporer d’autres surfaces d’expérimentation tant matérielles que virtuelles.

 

  1. Marc Tamisier, Sur la photographie contemporaine. Paris: L’Harmattan, 2007. p. 93.

 

Clique aqui para ler o texto completo